Le Pourquoi de la Vie

Mouvement pour la Découverte et la Diffusion
de la Philosophie Spirite

Bonheur de la prière

Venez, vous qui voulez croire :

les Esprits célestes accourent et viennent vous annoncer de grandes choses ;
Dieu, mes enfants, ouvre ses trésors pour vous donner tous ses bienfaits.

Hommes incrédules ! si vous saviez combien la foi fait de bien au coeur et porte l'âme au repentir et à la prière !
La prière ! ah ! combien sont touchantes les paroles qui sortent de la bouche à l'heure où l'on prie !
La prière, c'est la rosée divine qui détruit la trop grande chaleur des passions ;
fille aînée de la foi, elle nous mène dans le sentier qui conduit à Dieu.
Dans le recueillement et la solitude, vous êtes avec Dieu ;
pour vous, plus de mystère : il se dévoile à vous.
Apôtres de la pensée, pour vous c'est la vie ;
votre âme se détache de la matière et roule dans ces mondes infinis et éthérés que les pauvres humains méconnaissent.
Marchez, marchez dans les sentiers de la prière, et vous entendrez les voix des anges.

Quelle harmonie !
Ce n'est plus le bruit confus et les accents criards de la terre ;
ce sont les lyres des archanges ;
ce sont les voix douces et suaves des séraphins, plus légères que les brises du matin
quand elles se jouent dans la feuillée de vos grands bois.
Dans quelles délices ne marcherez vous pas !
vos langues ne pourront définir ce bonheur, tant il entrera par tous les pores,
tant la source à laquelle on boit en priant est vive et rafraîchissante !
Douces voix, enivrants parfums que l'âme entend et savoure quand elle s'élance
dans ces sphères inconnues et habitées par la prière !
Sans mélange de désirs charnels, toutes les aspirations sont divines.
Et vous aussi, priez comme Christ portant sa croix du Golgotha au Calvaire ;
portez votre croix, et vous sentirez les douces émotions qui passaient dans son âme,
quoique chargé d'un bois infamant ;
il allait mourir, mais pour vivre de la vie céleste dans le séjour de son Père.
(SAINT AUGUSTIN. Paris, 1861.)