Le Pourquoi de la vie

Mouvement pour la diffusion et la découverte
de la Philosophie Spirite.




Le monde change !

N’en déplaise à ceux qui pensent que les choses sont acquises à vie, le monde change.
De la plus petite cellule, à la plus grande des galaxies, tout a un début, tout a une fin.

C’est un fait ; Tout ce qui est matière est programmé pour se terminer un jour,
comme nous mêmes, sommes programmés pour mourir.
Quoi que l’on fasse, nous ne pourrons ni avancer ni reculer ne serait-ce que d’une minute la date de notre mort.
Tout change, tout se transforme, tout se renouvelle.
Sauf l’Esprit, qui lui, est éternel.
Comme la cellule, comme la galaxie, comme l’homme, la terre subit des changements.
Comme l’homme, elle suit des cycles d’évolution.
Il est inutile de les décrire ici, les scientifiques le font très bien.

D’une terre en formation sans aucun être vivant, à la Terre peuplée d’animaux préhistoriques,
à l’homme rustre, pour arriver à l’homme civilisé, puis à l’homme Spiritualisé.
La fin d’un cycle où l’homme prend conscience qu’avant d’être fait de chair, il est Esprit
et que la matière n’est qu’une enveloppe provisoire qui reviendra à son état d’origine, qui est poussière.
L’homme actuel, pourrait-il vivre auprès de monstres de la préhistoire, sans se faire dévorer ?
Pourrait-il revenir à l’état de sauvage ?
Même s’il arrivait à survivre dans ces conditions, il ne le supporterait pas.
On dit que les ronces déchirent une robe de soie, mais n’ont aucun effet sur un tablier de cuir.
Ainsi en est-il de l’homme actuel.

Il a tourné la page de la barbarie, pour des valeurs bien plus hautes qui ne viennent pas de la matière
mais de l’Esprit. (Bonté, Charité, Bienveillance… ) ce dont la brute est incapable.
Oui, la terre a évolué, et elle peut accueillir ces hommes qui eux aussi ont évolués.
Ceux qui sont restés en arrière, qui refusent de faire des efforts,
qui persévèrent dans l’ignorance, ne s’y sentent plus à l’aise.
Leurs mœurs sont différents, leurs attitudes souvent belliqueuses.
Alors leur vie, est une succession de mal-être, et de déconvenues.
Ils sont bien conscients de leur état,  mais n’ayant pas fait les efforts en son temps,
il leur est difficile, voire impossible de rattraper le retard.
Pour ces individus incarnés, ils partiront un jour et en attendant,
ils profitent de la bienveillance de ceux qui sont évolués,
et que dans leur ignorance, ils prennent pour de la faiblesse.
Mais qu’en est-il pour ceux en attente d’incarnation ?
Qu’en est il pour tous ceux qui attendent le ventre porteur d’une femme,
pour venir racheter leurs fautes passées, sur la terre ?
Pour ceux qui ne sont pas dans un Esprit de bienveillance et de repentir,
ils n’y ont pas la place, ils n’y ont plus leur place.
Ils ont eu leur chance, ils l’ont laissé passer.
Alors ils errent dans l’astral… Ils cherchent la faille ;
la famille aussi perverse qu’eux, ou ceux qui hier étaient leur complice dans le mal.
Mais la Terre ne les accepte plus, car elle a évolué.
Le mauvais, qu’il soit déjà dans l’Astral ou en chemin pour y aller sait que son retour sur la terre sera impossible.
Alors d’errance en errance, il espère pouvoir s’incarner, sur une planète moins évoluée,
ou il retrouvera des êtres aussi rustres que lui.
Les Temps sont venus !

Ainsi, il ne viendra plus sur la terre que des individus évolués, ayant un Esprit de bienfaisance
et c’est comme cela qu’elle redeviendra ce qu’elle était à son origine : un Paradis.
Dans cette période de transition qui se déroule sur plusieurs siècles, le mauvais, le récalcitrant, le belliqueux…
pourrit la vie de ceux qui ont choisi la voie du bien.
Il sait que sa fin est proche, car Personne ne peux nier sa Vraie Nature.
Il sait qu’il est Esprit, avant d’être fait de chair.
Même si son orgueil le fait nier, ces choses, au fond de lui il le sait.
Alors, sentant sa fin prochaine, il devient de plus en plus malfaisant,
il transpire de haine, sentant que d’autres vont vers la félicité.
Il crie à l’injustice, il cherche refuge dans la possession matérielle ;
  Il hante les commissariats de police, les tribunaux et les prisons.
Il est comme l’animal blessé, qui mord la main de celui qui le nourrit. 
Il ne peut arrêter le temps, et ce qu’il redoutait arrive à grand pas.

C’est par ce grand remplacement que la terre se régénère, et que bientôt,
elle n’aura plus en son sein que des êtres bienveillants.
Les temps sont venus de séparer le bon grain et l’ivraie.
Ainsi sera restauré l’Eden.   

                                                      Gérard Blanc





Mes textes
ici et là...
Mes textes